Mettons les pieds dans le plat : Un concept avec les mots Blockchain, Smart-Grid et Digital peut-il représenter une base solide pour un nouveau business? Peut-être mais ça mérite réflexion.

Ce post est une critique (qui se veut constructive) des différents projets de mini-réseaux / mini-marchés de l’électricité,tels que présentés ici : blockchain-driven-smart-grids-ca-decentralise-the-energy-marketplace

transformer_substation_190320

Rappelons quelques définitions (très simplifiées):

  • La Blockchain est une technologie numérique qui permet l’échange d’informations et en particulier la réalisation de transaction de manière décentralisée, transparente et sécurisée, et ce sans Tiers de confiance supervisant l’ensemble. Blockchain est notamment la technologie qui sous-tend le Bitcoin, une crypto-monnaie décentralisée, mais ses applications sont multiples (finance, assurance, traçabilité…)
  • Un Smart-Grid est un réseau intelligent, et très fréquemment un réseau électrique intelligent. Le terme smart-grid peut désigner par exemple un micro réseau disposant de plusieurs producteurs (éventuellement de plusieurs types), de stockages d’électricité, de plusieurs consommateusr et d’un accès au réseau principal et réalisant une optimisation de plusieurs paramètres. On pourra par exemple essayer de minimiser le coût de l’électricité consommée, de réguler l’utilisation électrique par de l’effacement…
  • Quand à Digital, je vous laisse regarder sur wikipedia une définition complète, mais il faut comprendre ici « numérique, web, informatique, ordinateur, traitement de données » et pas « qui s’utilise avec des doigts ».

Sans hésitation, ces 3 mots ont la réputation d’être « tartes-à-la-crème » tant ils peuvent être utiliser à outrance pour faire mousser des concepts, qui après une période d’effet de mode peuvent inspirer une certaine défiance.

Mais revenons aux faits: depuis 18 mois environ, plusieurs projets ont vu le jour dans le but de faire émerger des solutions de micro-marchés d’électricité dans des micro-réseaux autonomes, et en utilisant la technologie Blockchain (voir exemple dans les liens).

Pour faire simple, Alice produit de l’électricité avec son panneau solaire (une production variable et intermittente); Bob dispose d’un stockage d’électricité qu’il peut remplir ou vider avec le réseau ou avec la production d’Alice ; D’autres voisins tels que Charlie et David consomment de l’électricité qu’ils peuvent acheter localement à Alice ou à Bob, ou au réseau électrique. Pour gérer ces micro-échanges, une place de marché est établie via internet où chacun définit ses choix et ses contraintes (prix, contenu renouvelable, contenu local, etc…). Cette place de marché utilise la technologie Blockchain ce qui facilite (voire rend possible) les échanges.

Parmi les points positifs de ces projets, la Blockchain semble être la bonne solution pour gérer efficacement des micro-transactions entre participants du réseau. En effet, l’absence de Tiers de confiance (Banque, Superviseur) est quasiment indispensable à l’échelle d’un petit réseau pour des raisons de coûts de fonctionnement de ces Tiers, incompatible avec les micro-transactions. Ensuite, l’existence d’un registre distribué parmi les utilisateurs permet une grande transparence dans le fonctionnement et laisse la porte à l’utilisation de ces données pour des projets d’optimisation ultérieur. Enfin, les différentes faiblesses de la Blockchain (son « scale-up »), ne sont pas vraiment gênantes sur ce type d’application.

Cependant, une faiblesse de ces projets réside dans le manque de vision du marché global de l’énergie et de ces attentes. Dans notre exemple, au delà de la volonté de certains voisins d’acheter local, ce micro-réseau ne sert pas à grand chose par rapport à un fonctionnement où il existe un grand producteur (le réseau) et plusieurs petits consommateurs/producteurs qui échangent en direct avec lui. De fait, ce micro-réseau ne répond pas vraiment aux problématiques réelles des gestionnaires de réseaux ou des énergéticiens (qui doivent garantir un périmètre d’équilibre production/consommation à chaque instant). Et dans un certain sens, c’est normal puisque ces projets n’ont pas été bâtis pour répondre à ces attentes, ils ont été bâtis pour utiliser/jouer avec des concepts du numérique.

Ma critique donc de dire : si l’on enlève tous les concepts éloquents (blockchain, smart grid, digital, décentralisée)… quel est l’intérêt technique et économique de ces projets ? Il reste encore à trouver. Mais quelque chose est définitivement en train de se passer.

Liens :